La Côte d'Ivoire veut investir 4,5 milliards d'euros dans le tourisme

Mercredi 10 Janvier 2018

La Côte d'Ivoire veut investir 3.000 milliards de francs CFA (4,5 milliards d'euros) dans le tourisme via un fonds souverain afin de faire décoller ce secteur sous-développé dans ce pays touché par une décennie de crise politico-militaire, a annoncé le ministre du Tourisme.


L'Hôtel Président, le 17 mai 2017 à Yamoussoukro, en Côte d'Ivoire afp.com - ISSOUF SANOGO
L'Hôtel Président, le 17 mai 2017 à Yamoussoukro, en Côte d'Ivoire afp.com - ISSOUF SANOGO
"L’objectif avec ce fonds souverain de 3.000 milliards de francs CFA, c'est d'être la 5e destination africaine (...) et de devenir le 3e pôle d'activité du pays", a ajouté le ministre, Siandou Fofana.

Aujourd'hui, le tourisme ne pèse que 5,5% du PIB de 36 milliards de dollars de la Côte d'Ivoire, soit un poids de 300 milliards de francs CFA (457 millions d'euros) avec 120.000 emplois directs pour une population de 24 millions d'habitants. Le ministre espère doubler la valeur absolue du secteur d'ici à 2020.

Le pays, qui a longtemps été déserté par les investisseurs et les touristes en raison de la crise politico-militaire, s'est stabilisé depuis 2011 et est redevenu un leader régional avec une croissance importante et des indicateurs économiques au vert. Toutefois, le pays souffre d'une faible capacité hôtelière pour le tourisme d'affaires ainsi que le tourisme de loisirs ou balnéaire.

La Côte d'Ivoire ambitionne de construire de nombreux hôtels sur la côte et à l'intérieur du pays, plusieurs parcs animaliers, aquatiques et d’attractions, une marina à Abidjan. Elle veut mettre en place une filière de "villas Ivoire, relais paillotes" sur le modèle des maison d'hôtes en Europe.

Parmi les plans à court terme, un plan de 200 milliards de francs CFA (300 millions d'euros) pour la capitale politique, Yamoussoukro, avec la rénovation de l'hôtel Président, la construction d'un hippodrome ou d'un centre de pêche de loisirs.

En 2016, 2 millions de touristes ont visité le pays: 500.000 locaux et 1,5 million d'étrangers, essentiellement en provenance des pays de la sous-région et de la France. Pour 38%, il s'agissait d'un tourisme d’affaires qui a contribué pour 50% au chiffre d'affaires du secteur, selon le ministre.

Un des axes de travail du gouvernement sera de tenter de faire baisser le prix des billets d'avions vers l’Afrique et en Afrique. "Il faut faire en sorte que les compagnies low-cost desservent la Côte d'Ivoire, faire baisser les prix (...) Pour cela, il faut créer cette déréglementation (de l'espace aérien) avec l'aide des tour operators (...). Sinon, il ne faut pas tenter de mettre la main pour cacher le soleil: les prix" pour aller en Afrique "ne sont pas compétitifs" par rapport à l'Europe ou le Maroc, a souligné M. Fofana.

Diasporas-News

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Recherche
La référence afro - caribéenne